Nord du Burkina : Les acteurs humanitaires veulent promouvoir le ciblage et les transferts monétaires inclusifs

Promouvoir le ciblage et les transferts monétaires inclusifs au Burkina Faso, c’est l’objectif visé par les acteurs humanitaires. Pour y parvenir, ces acteurs se sont réunis autour d’une table de discussion ce jeudi 23 février 2023, à Ouahigouya. Ce, en vue de partager leurs expériences dans la prise en compte des besoins spécifiques qui sont propres aux personnes vivant avec un handicap.

 

Depuis 2016, la crise sécuritaire au Burkina Faso a occasionné de nombreux mouvements de populations des zones attaquées vers d’autres localités du pays. Aujourd’hui, ce sont environ deux millions de personnes déplacées internes (PDI) qui ont été enregistrées et dont la plupart est confrontée à des difficultés notamment liées à l’insécurité alimentaire.

Eu égard à ces difficultés auxquelles font face les PDI, plusieurs réponses humanitaires ont été apportées aux victimes de l’hydre terroriste dans le “pays des hommes intègres’’. En revanche, si une batterie d’actions sont menées par les acteurs humanitaires pour soulager les populations, une aide inclusive au profit des bénéficiaires s’avère cruciale pour éviter davantage d’iniquités et de frustrations.

C’est donc en vue de promouvoir cette réponse inclusive dans la partie nord du Burkina Faso, que la méthodologie et les expériences de l’ONG CBM Global, en matière de ciblage et cash transferts inclusifs ont été présentées aux acteurs humanitaires intervenant dans la zone.

« Le point de départ des transferts monétaires est souvent les registres officiels des autorités locales ou des autorités de protection sociale. Cependant, le défi auquel nous sommes souvent confrontés c’est que les personnes handicapées sont plus susceptibles de ne pas être inscrites dans ces registres. Car la plupart d’entre elles n’ont pas de carte d’identité ou d’extrait de naissance. Lorsque nous collectons nous-mêmes les données, nous constatons souvent que 20% des personnes handicapées ne sont pas enregistrées dans notre projet humanitaire », a relevé Dr Manuel Rothe, membre de l’équipe du département humanitaire au niveau du siège de CBM Global.

L’autre obstacle selon Dr Manuel Rothe, est l’inaccessibilité des informations sur la disponibilité de l’aide humanitaire et un processus d’enregistrement inaccessible. Pour Dr Rothe cela pourrait se justifier par le fait que les réunions de consultation communautaire ne soient pas accessibles ou par le fait que les communications des projets n’atteignent pas les personnes handicapées. À cela s’ajoute la stigmatisation et l’exclusion sociale… », a-t-il indiqué.

Comme au Kenya, où CBM Global a apporté une aide multidimensionnelle à 4 000 ménages dans deux communautés de Turkana en situation d’insécurité alimentaire, Dr Rothe propose pour le cas du Burkina Faso, quelques pistes de solutions au profit des personnes handicapées.

La rédaction

Wendmanegre

Wendmanegre

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *