Effort de guerre : les magistrats donnent une contribution de plus de 32 millions de FCFA

effort-de-guerre
Le Conseil supérieur de la magistrature (CSM) a organisé ce lundi 8 mai 2023 à Ouagadougou, une cérémonie de remise de la contribution des magistrats à l’effort de guerre. C’était en présence de nombreuses autorités dont le ministre d’Etat, ministre de la Défense et des Anciens combattants, colonel major Kassoum Coulibaly, le ministre d’Etat, ministre de l’Administration territoriale, de la Décentralisation et de la Sécurité, colonel Boukaré Zoungrana, la ministre de la Justice et des Droits humains, chargée des Relations avec les institutions, Garde des sceaux, Bibata Nébié/Ouédraogo, la ministre déléguée chargée du Budget, Fatoumata Bako/Traoré et des sommités judiciaires.
effort-de-guerre« En ma qualité de président du CSM, j’ai été mandaté par l’ensemble des magistrats de notre pays pour venir dire et faire trois choses auxquelles ils sont particulièrement attachés », a d’emblée indiqué le président du CSM, Mazobé Jean Kondé. Le premier, a-t-il fait savoir, « consiste à réaffirmer le fait que les magistrats burkinabè, face à l’extrême gravité du phénomène terroriste qui menace notre pays, sont disposés à faire leur part dans la guerre qui nous est imposée depuis quelques années à travers un traitement judiciaire conséquent des dossiers de terrorisme qui leur seront confiés. Ils sont prêts à jouer leur partition en apportant une réponse judiciaire appropriée à la violence terroriste, pour peu qu’ils soient mis en capacité ».
La deuxième chose, a poursuivi Mazobé Jean Kondé, « est que les magistrats burkinabè veulent saluer la volonté actuelle des autorités de la Transition et celle du peuple burkinabè tout entier, dont ils font partie, de faire de la lutte anti-terroriste et de la nécessaire reconquête de notre territoire la priorité absolue. Ils invoquent Dieu et les mânes de nos ancêtres pour qu’ils nous accompagnent dans cette options ». Le premier président de la Cour de cassation, président du Conseil supérieur magistrature a rendu hommage à toutes les forces engagées dans le combat injustement imposé au Burkina Faso. « Aux FDS et au VDP, j’adresse les encouragements du Conseil supérieur de la magistrature », s’est-il exprimé.
La troisième chose et dernière chose, a fait savoir le magistrat Kondé, « est une annonce que mes pairs m’ont chargé de faire ». « Ils ont levé une cotisation et souscrit des cessions volontaires sur leur salaire en vue d’alimenter le Fonds de soutien patriotique (FSP). La maturation de l’initiative prise par le CSM a duré quelques mois. A l’arrivée et à la date d’aujourd’hui, la contribution totale des magistrats s’évalue à la somme de 32 640 666 FCFA », a précisé le président du CSM. Il a souligné que c’est de façon volontaire que les magistrats ont répondu à l’appel du CSM. Ces magistrats sont pour la plupart dans les juridictions, d’autres sont en détachement dans divers départements ministériels où à l’international, d’autres enfin sont admis à faire valoir leurs droits à la retraite.
Le montant de 32 640 666 FCFA se compose ainsi qu’il suit :
– vingt (20) moto de marque Aloba d’un coût de revient de 11 millions 138 mille 225 FCFA ;
– des numéraires d’un montant de 9 millions 685 mille 275 FCFA dont 1 million 300 mille déjà versé directement au fonds, ce qui fait que le montant en espèce remis ce matin est de 8 millions 385 mille 275 FCFA ;
– des retenus opérer à la source d’un montant de 11 millions 817 mille 166 FCFA dont 2 millions 757 mille couverts par les fiches transmises au ministère de la Justice, ce qui fait que les fiches remises portent sur un montant total de 9 millions 60 mille 166 FCFA. Mazobé Jean Kondé a remercié l’ensemble des magistrats contributeurs « dont le profond attachement à leur pays ainsi que le sens des responsabilités devant l’histoire » ont permis ce don.
effort-de-guerreLe ministre d’Etat, ministre de la Défense et des Anciens combattants, colonel major Kassoum Coulibaly a salué le corps de la magistrature qui à l’instar d’autres corps de métiers et autres organisations, s’est senti concerné par l’élan patriotique actuel dont la finalité est de reconquérir les parties du territoire occupées par les terroristes depuis quelques années. « L’importance de cette contribution témoigne du fort niveau d’engagement des magistrats à soutenir la lutte pour la reconquête du territoire national et la sauvegarde de na nation burkinabè », a soutenu le colonel major Kassoum Coulibaly. Cette réceptivité à l’appel lancé par l’exécutif est à son plus haut sommet est selon le ministre en charge de la Défense, « l’expression du patriotisme du pouvoir judiciaire face au péril de l’hydre terroriste ».
Le ministre d’Etat a exprimé la reconnaissance du gouvernement aux magistrats qui ont bien voulu consentir cet effort pour la sauvegarde de notre pays, « en ce moment critique de son histoire et en dépit des conditions de travail déjà difficiles ». « J’exhorte les magistrats à demeurer résilients, à maintenir cet élan de solidarité, de patriotisme et à consolider cette excellente vision des rapports de complémentarité et de collaboration qui doivent exister entre le pouvoir judiciaire et les autres institutions de la République », a-t-il dit. Et de lancer in fine un appel à l’ensemble des acteurs judiciaires, « à assumer pleinement la place dévolue à la justice dans la réponse judiciaire qui doit être apportée à cette crise sécuritaire ».
Les motos ont été réceptionnées par le ministre de la Défense et les numéraires par la ministre de la Justice qui les ont rétrocédés à la ministre chargée du Budget au profit du Fonds de soutien patriotique.
Wendmanegre

Wendmanegre

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *