Contreperformances du MPSR2 dans la lutte contre le terrorisme: le recours à certains religieux et aux organisations de la société servile

Le fait est que s’il est relativement facile d’user de ruse et de millions de francs CFA pour s’emparer du pouvoir après avoir élaboré un agenda précis, il est par contre plus compliqué de combattre le terrorisme à travers des déclarations populistes et démagogiques et la fixation, à la va-vite, d’échéances qui ne sont pas sous-tendues par une approche stratégique globale de la lutte contre le terrorisme.

 

Si fait qu’après trois (03) mois pour préparer la guerre et cinq (05) mois pour entrer dans sa phase introductive, soit huit (08) mois au total, il y a une insuffisance patente de résultats. La question s’est alors posée de savoir comment faire ?

 

Pour le capitaine Ibrahim Traoré, la réponse est simple : à défaut de gagner la guerre contre les terroristes, il faut contrôler à tout prix et par tous les moyens l’opinion à travers une stratégie bien élaborée grâce aux sommités en matière de communication du monde universitaire et de propagande au sein de la société civile (en fait servile), la mobilisation de grands responsables religieux qui confèrent au président de la transition un rôle messianique, l’agitation de nombre de mouvements religieux pour lesquels le capitaine Ibrahim Traoré (qui est le troisième musulman à diriger le pays après Sangoulé Aboubacar Lamizana et Saye Zerbo avant qu’il ne se convertisse au christianisme évangélique à cause de la répression qui l’a frappé sous le Conseil nationale de la révolution) doit être soutenu contre vents et marées par les musulmans auxquels se sont ralliées officiellement certaines dénominations chrétiennes évangéliques. Cette tendance n’est guère surprenante puisque le grand imam de Ouagadougou Abdallah Ouédraogo et bien d’autres religieux musulmans de moindre envergure appelaient de tous leurs vœux la prise du pouvoir d’Etat, quelle que soit la manière, par les musulmans afin de corriger ce qu’ils estiment être des injustices socio-historiques ; puisqu’ils sont démographiquement les plus nombreux et économiquement les plus imposants alors que sur onze (11) chefs d’Etat qui se sont succédé, seulement trois (03) sont musulmans.

 

On comprend alors pourquoi dès la prise de pouvoir par le capitaine Ibrahim Traoré, des oulémas (et pas des moindres) et bien d’autres chefs religieux musulmans ont invité les musulmans à le soutenir ; on appréhende mieux la participation massive des responsables religieux musulmans et donc des musulmans ( dont certains ont été contraints de fermer leurs commerces et à se rendre sur les lieux des manifestations) aux récents meetings de soutien organisés pour soutenir leur champion pendant le weekend du 05 au 07 mai 2023 à travers le pays ; on se rend enfin à l’évidence quand, sur les réseaux sociaux et les médias sociaux, des personnes aux prénoms musulmans rivalisent d’arguments pour défendre le président de la transition tandis que d’autres usent de menaces et d’injures à l’endroit de ceux qui osent critiquer ce dernier.

 

En plus des musulmans, nombre de leaders de dénominations chrétiennes évangéliques, à l’image du pasteur Mamadou Philippe Karambiri, sont de solides soutiens du capitaine Ibrahim Traoré qui n’hésitent pas à le clamer haut et fort même si leur activisme n’a pas la même ampleur que celle des musulmans et même si nombre de fidèles fréquentant le Centre international d’évangélisation (CIE) désapprouvent cette orientation. Des personnes aux prénoms chrétiens qui jouent le rôle de cyber-chiens de garde du MPSR2 sont, également et à l’instar de certains musulmans, à la manœuvre sur Facebook, WhatsApp, Viber et Twitter afin de châtier les cybernautes qui osent faire preuve de témérité.

 

Si dans l’immédiat, cette mobilisation de certains religieux et activistes serviles peut permettre au MPSR2 de jouir d’un certain répit, il ne pourra véritablement pousser un ouf de soulagement structurel que s’il marque réellement des points sur le terrain de la guerre contre le terrorisme car « Les faits sont têtus » pour reprendre cette expression de Vladimir Ilitch Oulianov dit Lénine qu’affectionne sans doute le Premier Apollinaire Kyélem.

 

Enock BAMBARA

Wendmanegre

Wendmanegre

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *