« Chez tous les peuples, il était d’ailleurs conseillé d’accepter celui qui n’est pas de son groupe socio-ethnique et à un moment donné il sera considéré comme un frère ou une sœur» Pasteur Job Dao

Comme promis, nous vous proposons l’interview réalisée avec le président de la Fédération régionale des églises et missions évangéliques des Hauts-Bassins. C’est également la dernière de la série des interviews que nous avons menées avec les responsables traditionnels et religieux de la ville de Sya pendant la SNC.

Libertébf : comment appréciez-vous la tenue de la Semaine nationale de la culture ?

Pasteur Job Dao : nous voulons d’abord rendre grâce à Dieu pour la tenue cette édition de la Semaine nationale de la culture (SNC) qui, à mon sens, est un cadre de rencontre et de brassage de toutes les cultures. Et vous avez remarqué qu’actuellement tout le monde converge vers Bobo-Dioulasso et toutes les groupes socio-ethniques sont là. Ça c’est tellement beau ! Je rends également grâce à Dieu parce que cette année il nous a permis d’organiser cette activité qui nous rassemble autour donc de la culture ; c’est est un élément central pour tout burkinabè et je voudrais bénir le nom du seigneur pour cela. Nous prions Dieu pour qu’elle se termine bien.

Libertébf : promotion de la culture comme socle de la cohésion sociale, quelle est votre lecture ?

Pasteur Job Dao : je voudrais me baser sur les Saintes Ecritures dans le livre de Romain chapitre 12 et le livre de Mathieu chapitre 5 et verset 9. Dans l’évangile de Mathieu, le texte dit : « Heureux ceux qui procurent la paix car ils seront appelés fils de Dieu » et dans celui de Romain chapitre 12, l’auteur dit ceci : « s’il est possible et autant que cela dépend de vous, soyez en paix avec tous les hommes ». En se basant sur les deux textes de l’écriture on voit que Dieu même est dans cette cohésion sociale. Dieu nous invite à vivre en communauté et à vivre en paix avec tous les hommes. Si ça dépend que de nous, nous devons faire en sorte de vivre en paix avec tous les hommes sans exception et ceux qui font cela seront heureux et seront appelés fils de Dieu. Cela veut dire que Dieu nous invite à vivre en parfaite harmonie parce que nous sommes des frères et des sœurs.

Libertébf : selon vous les Burkinabè doivent vivre en harmonie malgré leur diversité culturelle ?

Pasteur Job Dao : oui même dans l’ancien temps, selon l’histoire des peuples, certains avaient parfois des croyances différentes mais cela ne les a pas empêchés de vivre ensemble et de vivre vraiment en parfaite harmonie. Chez tous les peuples, il était d’ailleurs conseillé d’accepter celui qui n’est pas de son groupe socio-ethnique et à un moment donné il sera considéré comme un frère ou une sœur. C’est ce qu’on a vu par moment et par le passé et chez nous au Burkina Faso. En effet, jusqu’à une date récente les populations vivaient en parfaite harmonie et il n’y avait pas de problème. Moi par exemple j’ai des amis dans toutes les confessions religieuses et nous nous entendons très bien. J’habite même chez certains lorsque je suis en voyage. Mais chacun vit sa foi sans inquiéter l’autre.

Libertébf : tolérance et dialogue intercommunautaire, comment cela se passe dans la communauté des évangéliques ?

Pasteur Job Dao : le message que nous livrons aux fidèles et même à nos collègues pasteurs, reste le même. Nous ne cessons de rappeler de façon constante que nous sommes une famille et que nous devons vivre ensemble. La croyance vient du cœur mais au-delà de cela on a besoin les uns des autres. Personne ne se suffit à lui seul ; de la même manière j’ai besoin de mon frère musulman, pratiquant de la religion traditionnelle africaine ou catholique. En retour, eux aussi ils ont besoin de moi. Avec les fidèles, nous parlons toujours de l’amour du prochain et l’enseignement biblique est aussi claire là-dessus. L’amour vrai du prochain, c’est quand on va au-delà de celui qui est à côté. Vu sous cet angle, nous pensons qu’au niveau de la famille et au niveau de la communauté, le message est clair, nous avons besoin de la cohésion et du vivre-ensemble. Mais il ne faut pas oublier qu’il y a toujours des groupes de personnes qui pensent autrement. Mais avouons-le, ça doit être une minorité et si nous essayons les approcher on peut arriver à changer leur façon de faire.

Libertébf : quel est votre message à l’endroit des Burkinabè ?

Pasteur Job Dao : il faut beaucoup insister sur l’amour du prochain parce que quand on aime, on ne peut pas faire du mal à quelqu’un et surtout pas à celui qu’on aime. Le message de l’amour est celui qui doit être partagé par tout le monde. Si ce message est bien compris, en principe on devrait pas faire du mal à son prochain parce que Dieu lui-même que nous adorons est amour dans sa nature. Si Dieu qui nous a créé est amour et qu’il nous aime, nous aussi à notre tour nous devons manifester ce même d’amour à notre prochain. Nous invitons tous les Burkinabè à avoir de l’amour les uns pour les autres et vice-versa.

Wendmanégré OUEDRAOGO

Wendmanegre

Wendmanegre

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *